Autre

La FDA établit de nouvelles règles sur les marchandises importées

La FDA établit de nouvelles règles sur les marchandises importées


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les lois sur la sécurité sanitaire des aliments changent pour les importations internationales

Les réglementations de la FDA resserrent la laisse sur les marchandises importées.

Avec près de 3 000 décès par an aux États-Unis dus à des maladies d'origine alimentaire, le FDA réévalue son système de sécurité sanitaire des aliments en ce qui concerne les importations étrangères.

CNN rapporte que les réglementations sur les importations internationales ont particulièrement besoin d'être restructurées.

La FDA a proposé un système dans lequel les importateurs étrangers sont tenus de surveiller de plus près leurs fournisseurs individuels. La FDA surveillerait à son tour ces importateurs. Les nouvelles règles comprennent également un programme visant à inciter les sociétés d'importation étrangères à se conformer aux normes de sécurité américaines en leur garantissant une certaine grâce de passage vers les marchés américains.

Au total, 15 pour cent de l'approvisionnement alimentaire américain provient de l'étranger, dont 20 pour cent des légumes consommés et 50 pour cent des fruits. Le volume des importations rend d'autant plus crucial l'élaboration d'un nouveau plan de sécurité.

La présente méthode implique des fonctionnaires de la FDA postés dans les ports d'entrée à travers le pays avec l'intention d'examiner physiquement l'approvisionnement alimentaire entrant pour arrêter l'importation de toute marchandise potentiellement dangereuse. Ce système actuel, cependant, semble être défaillant, car les fonctionnaires de la FDA ne peuvent inspecter personnellement que 2% des importations totales, laissant la santé de la population américaine au hasard.


CFR - Code des règlements fédéraux Titre 21

Les informations sur cette page sont à jour en date du 1 avril 2020.

Pour obtenir la version la plus à jour du titre 21 du CFR, consultez le Code électronique des réglementations fédérales (eCFR).

Sous-partie F - Exigences particulières pour les allégations descriptives qui ne sont ni des allégations relatives à la teneur nutritive ni des allégations relatives à la santé

Seconde. 101,95 « Frais », « fraîchement surgelé », « frais surgelé », « frais surgelé ».

Les termes définis dans cette section peuvent être utilisés sur l'étiquette ou dans l'étiquetage d'un aliment conformément aux dispositions de la présente section. Les exigences de la section se rapportent à toute utilisation des termes du sujet tels que décrits dans les paragraphes (a) et (b) de cette section qui se réfère expressément ou implicitement à l'aliment sur les étiquettes ou l'étiquetage, y compris l'utilisation dans un nom de marque et l'utilisation comme un modificateur sensoriel. Cependant, l'utilisation du terme « frais » sur les étiquettes ou l'étiquetage n'est pas assujettie aux exigences du paragraphe (a) de cette section si le terme ne suggère ou n'implique pas qu'un aliment n'est ni transformé ni conservé. Par exemple, le terme « frais » utilisé pour décrire le lait entier pasteurisé n'est pas visé par le paragraphe (a) de cette section parce que le terme n'implique pas que l'aliment n'est pas transformé (les consommateurs comprennent généralement que le lait est presque toujours pasteurisé). Cependant, le terme « frais » pour décrire une sauce pour pâtes qui a été pasteurisée ou qui contient des ingrédients pasteurisés serait assujetti au paragraphe (a) de cette section parce que le terme implique que l'aliment n'est pas transformé ou conservé. Les utilisations de produits frais non soumis à ce règlement seront régies par les dispositions de 403 (a) de la loi fédérale sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques (la loi).

(a) Le terme « frais », lorsqu'il est utilisé sur l'étiquette ou dans l'étiquetage d'un aliment d'une manière qui suggère ou implique que l'aliment n'est pas transformé, signifie que l'aliment est à l'état brut et n'a pas été congelé ou soumis à toute forme de traitement thermique ou toute autre forme de conservation, à l'exception de ce qui est prévu au paragraphe (c) du présent article.

(b) Les termes « frais surgelé » et « surgelé frais », lorsqu'ils sont utilisés sur l'étiquette ou dans l'étiquetage d'un aliment, signifient que l'aliment a été rapidement congelé alors qu'il était encore frais (c. Le blanchiment des aliments avant congélation n'empêchera pas l'utilisation du terme « frais congelés » pour décrire les aliments. « Congelé rapidement » signifie congelé par un système de congélation tel que la surgélation (température inférieure à zéro Fahrenheit avec de l'air en mouvement rapide dirigé vers les aliments) qui garantit que les aliments sont congelés, même au centre des aliments, rapidement et que pratiquement aucun la détérioration s'est produite.

(c) Dispositions et restrictions. (1) Ce qui suit n'empêche pas l'utilisation du terme « frais » pour l'aliment :

(i) L'ajout de cires ou de revêtements approuvés

(ii) L'utilisation post-récolte de pesticides approuvés

(iii) L'application d'un lavage au chlore doux ou d'un lavage acide doux sur les produits ou

(iv) Le traitement des aliments crus avec des rayonnements ionisants ne doit pas dépasser la dose maximale de 1 kiloGray conformément au § 179.26 du présent chapitre.

(2) Un aliment répondant à la définition de l'alinéa (a) du présent article qui est réfrigéré n'est pas exclu de l'utilisation de « frais » tel que prévu par le présent article.


CFR - Code des règlements fédéraux Titre 21

Les informations sur cette page sont à jour en date du 1 avril 2020.

Pour obtenir la version la plus à jour du titre 21 du CFR, consultez le Code électronique des réglementations fédérales (eCFR).

Sous-partie B - Exigences pour les produits de boulangerie normalisés spécifiques

Seconde. 136.110 Pain, petits pains et petits pains.

(a) Le pain, le pain blanc et les petits pains, petits pains ou petits pains blancs et petits pains blancs sont les aliments produits par cuisson d'une pâte à levure mélangée préparée à partir d'un ou plusieurs des ingrédients farineux énumérés au paragraphe (c) (1) de cette section et un ou plusieurs des ingrédients humectants énumérés aux paragraphes (c) (2), (6), (7) et (8) de cette section et un ou plusieurs des agents levants prévus par le paragraphe (c) (3) du présent article. L'aliment peut contenir des ingrédients supplémentaires comme prévu au paragraphe (c) de la présente section. Chacun des aliments finis contient au moins 62 pour cent de solides totaux déterminés par la méthode prescrite au paragraphe (d) du présent article.

(b) Tous les ingrédients à partir desquels l'aliment est fabriqué doivent être sûrs et appropriés.

(c) Les ingrédients facultatifs suivants sont fournis pour :

(1) Farine, farine bromée, farine phosphatée, ou une combinaison de deux ou plus de ceux-ci. Le bromate de potassium dans toute farine bromée utilisée et le phosphate monocalcique dans toute farine phosphatée utilisée sont considérés comme des ingrédients facultatifs supplémentaires dans le pain, les petits pains ou les petits pains. Tous les ingrédients de toute farine, farine bromée ou farine phosphatée utilisée sont considérés comme des ingrédients facultatifs du pain, des petits pains ou des petits pains préparés à partir de ceux-ci.

(3) Levure - tout type qui produit l'effet levant nécessaire.

(5) Raccourcissement, dans lequel ou en conjonction avec lequel peut être utilisé un ou toute combinaison de deux ou plusieurs des éléments suivants :

(i) Lécithine, lécithine hydroxylée conforme aux dispositions de la partie 172 du présent chapitre, l'une ou l'autre pouvant contenir des phosphatides apparentés dérivés de l'huile de maïs ou de l'huile de soja à partir de laquelle ces ingrédients ont été obtenus.

(ii) Mono- et diglycérides d'acides gras formateurs de graisse, esters d'acide diacétyltartrique de mono- et diglycérides d'acides gras formateurs de graisse, mono- et diesters de propylène glycol d'acides gras formateurs de graisse, et autres ingrédients qui ont un effet similaire une fonction.

(6) Lait et/ou autres produits laitiers en quantité et composition telles qu'ils ne répondent pas aux exigences pour le lait et/ou autres produits laitiers prescrites pour le pain au lait par le § 136.130. Chaque fois que des solides du lait écrémé sous quelque forme que ce soit sont utilisés, la carraghénine ou les sels de carraghénane conformes aux dispositions de la partie 172 du présent chapitre peuvent être utilisés en une quantité ne dépassant pas 0,8 pour cent en poids de ces solides du lait écrémé.

(8) Édulcorants glucidiques nutritifs.

(9) Préparations enzymatiques actives.

(10) Bactéries productrices d'acide lactique.

(11) Farines autres que de blé, semoules autres que de blé, gruaux autres que de blé, amidons de blé et autres amidons, dont chacun peut être entièrement ou partiellement dextrinisé, farine de blé dextrinisée ou toute combinaison de 2 ou plus de ceux-ci, si la quantité totale n'est pas supérieure à 3 parties pour 100 parties en poids de farine utilisée.

(12) Graines de soja décortiquées moulues qui peuvent être traitées thermiquement et dont l'huile peut être retirée, mais qui conservent une activité enzymatique, si la quantité n'est pas supérieure à 0,5 partie pour 100 parties en poids de farine utilisée.

(13) Éléments nutritifs de levure et sels de calcium, si la quantité totale de ces ingrédients, à l'exception du phosphate monocalcique et du propionate de calcium, ne dépasse pas 0,25 partie pour 100 parties en poids de farine utilisée. La quantité de phosphate monocalcique, y compris toute quantité dans la farine utilisée, ne dépasse pas 0,75 partie pour 100 parties en poids de farine utilisée. Tout propionate de calcium utilisé comme conservateur dans le pain, les petits pains ou les petits pains n'est pas soumis à la limitation prescrite dans ce paragraphe.

(14)(i) Bromate de potassium, bromate de calcium, iodate de potassium, iodate de calcium, peroxyde de calcium, ou toute combinaison de 2 ou plus de ceux-ci si la quantité totale, y compris le bromate de potassium dans toute farine bromée utilisée, n'est pas supérieure à 0,0075 partie pour 100 parties en poids de farine utilisée.

(ii) Azodicarbonamide, si la quantité totale, y compris toute quantité de farine utilisée, ne dépasse pas 0,0045 partie pour 100 parties en poids de farine utilisée.

(15) Renforceurs de pâte et autres conditionneurs de pâte non énumérés ou visés dans le présent paragraphe, si les quantités totales de ces ingrédients ou combinaisons ne dépassent pas 0,5 partie pour 100 parties en poids de farine utilisée.

(16) Épices, huile d'épice et extrait d'épice.

(17) Le colorant ne peut être ajouté tel quel ou en tant que partie d'un autre ingrédient, sauf dans la mesure permise par le paragraphe c)(16) du présent article et à l'exception du colorant qui peut être présent dans le beurre ou la margarine si l'intensité du beurre ou de la margarine la couleur ne dépasse pas « moyennement élevée » (MH) lorsqu'elle est observée sous une lumière diffuse (7 400 Kelvin) par rapport au comparateur de couleur au beurre de Munsell. La désignation MH correspond à la renotation Munsell de 3,8Y7,9/7,6.

(18) Autres ingrédients qui ne modifient pas l'identité de base ou n'affectent pas les caractéristiques physiques et nutritionnelles de la denrée alimentaire.

(d) Les solides totaux sont déterminés par la méthode prescrite dans "Méthodes officielles d'analyse de l'Association des chimistes analytiques officiels", 13e éd. (1980), article 14.091(a), qui est incorporé par renvoi, sauf que si l'unité cuite pèse 454 grammes (1 livre) ou plus, une unité entière est utilisée pour déterminer si l'unité cuite pèse moins de 454 grammes, suffisamment d'unités pour peser 454 grammes ou plus sont utilisées. Des copies du matériel incorporé par référence peuvent être obtenues auprès de l'AOAC INTERNATIONAL, 481 North Frederick Ave., suite 500, Gaithersburg, MD 20877, ou peuvent être examinées à la National Archives and Records Administration (NARA). Pour plus d'informations sur la disponibilité de ce matériel à la NARA, appelez le 202-741-6030, ou rendez-vous sur : http://www.archives.gov/federal_register/code_of_federal_regulations/ibr_locations.html.

(e)(1) Le nom de l'aliment est « pain », « pain blanc », « petits pains », « petits pains blancs », « petits pains », « petits pains blancs », selon le cas. Lorsque l'aliment contient au moins 2,56 pour cent en poids de solides d'œufs entiers, le nom de l'aliment peut être « pain aux œufs », « petits pains aux œufs » ou « petits pains aux œufs », selon le cas, accompagné de la mention « Contient __ moyen -œuf(s) par livre" de la manière prescrite par le § 102.5(c)(3) du présent chapitre, le blanc devant être rempli avec le nombre qui représente la teneur en œufs entiers de la denrée alimentaire exprimée à l'unité près- cinquième œuf mais pas plus que la quantité réellement présente. Aux fins du présent règlement, les solides d'œufs entiers sont les contenus comestibles des œufs calculés sur une base sans humidité et à l'exclusion de tous les solides sans œuf qui peuvent être présents dans les ovoproduits normalisés et autres produits commerciaux. Un œuf de taille moyenne équivaut à 0,41 once de solides d'œufs entiers.

(2) Lorsque l'étiquette porte une quelconque représentation, autre que dans la liste des ingrédients, de la présence d'œufs dans l'aliment, p. doit contenir au moins 2,56 pour cent d'œufs entiers solides.

(f) Déclaration d'étiquette. Chacun des ingrédients utilisés doit être déclaré sur l'étiquette comme l'exigent les sections applicables des parties 101 et 130 du présent chapitre.


Importation et exportation de base

Le CBP et la communauté des importateurs/exportateurs partagent la responsabilité de maximiser le respect des lois et des réglementations. Dans l'accomplissement de cette tâche, le CBP encourage les importateurs/exportateurs à se familiariser avec les lois et réglementations applicables et à travailler avec le CBP Office of Trade pour protéger les consommateurs américains contre les importations nuisibles et contrefaites en veillant à ce que les marchandises qui entrent sur le marché américain soient authentiques, sûres. , et provenant de sources légales.​​​​​​

Les informations sur cette page favorisent la compréhension de cette responsabilité, car il peut y avoir des exigences spécifiques liées à un produit particulier, telles que celles définies par les agences gouvernementales partenaires (PGA).

Conseils pour les nouveaux importateurs et exportateurs

Importation

Commerce électronique et expéditions en vertu de l'article 321 - L'article 321 (a) (2) (C) de la Loi tarifaire de 1930, telle que modifiée, autorise le CBP à fournir des expéditions administratives de droits et taxes d'importations qualifiées d'un prix de détail équitable ne dépassant pas 800 $ valeur. Cette exemption est connue sous le nom d'entrée de minimis. Le CBP a mis en œuvre deux nouveaux programmes de test pour surveiller les expéditions de l'article 321 dans l'environnement du commerce électronique afin de se protéger contre le commerce illégitime tout en offrant au public les avantages des expéditions en franchise de droits pour les importations qualifiées. Pour en savoir plus sur ces programmes, sélectionnez Aperçu du programme.

Exportation

Traitement

Droits, taxes et frais

Cette page Web fournit des informations utiles sur la façon de payer les droits, taxes et frais du CBP. Cette page sera mise à jour périodiquement pour refléter les changements de politique.

Informations sur les frais

Guide de paiement

Le défaut d'effectuer un paiement ou de fournir une justification légale du non-paiement peut entraîner la suspension des privilèges de libération immédiate conformément à 19 CFR 142.26. Si le paiement n'est pas reçu par le CBP au plus tard à la date de retard de paiement figurant sur la facture, des frais d'intérêt seront évalués sur le montant principal en souffrance de la facture conformément à 19 CFR 24.3a.


Écrire votre liste d'ingrédients sur une étiquette nutritionnelle en trois étapes simples

Une liste d'ingrédients sur une étiquette alimentaire, telle que définie par la FDA, est « la liste de chaque ingrédient par ordre décroissant de prédominance ». En termes plus simples, votre liste d'ingrédients doit contenir tous les ingrédients présents dans votre produit alimentaire, du plus grand au moins. Cela signifie que l'ingrédient qui constitue le plus grand poids total du produit apparaîtra en premier, suivi du suivant, et ainsi de suite. La fin de la liste doit être l'ingrédient ayant le moins de poids.

Cela nous amène à la première étape de la rédaction de votre liste d'ingrédients. Prenons l'exemple des cookies aux pépites de chocolat pour illustrer le processus :

Pesez chacun de vos ingrédients et écrivez-les dans l'ordre du plus lourd au plus léger.

Farine, sucre, beurre, pépites de chocolat, vanille, bicarbonate de soude, sel, benzoate de sodium

Si un ingrédient a sa propre liste d'ingrédients (sous-ingrédients), énumérez-les entre parenthèses après l'élément donné dans le même ordre que ci-dessus (du plus grand au moins).

Farine, sucre, beurre, pépites de chocolat (Cacao, Beurre de Cacao, Sucre, Lécithine de Soja), Vanille, bicarbonate de soude, sel, benzoate de sodium

Énumérez tous les conservateurs chimiques par leur nom usuel et précisez leur fonction.

Farine, sucre, beurre, pépites de chocolat (cacao, beurre de cacao, sucre, lécithine de soja), vanille, bicarbonate de soude, sel, Benzoate de sodium pour préserver la fraîcheur.

Après avoir terminé ces trois étapes, votre liste d'ingrédients est pratiquement terminée. Cependant, certaines règles spéciales peuvent s'appliquer ou non à votre liste. Vous trouverez ci-dessous les plus universelles, mais pour une liste plus détaillée, consultez le document d'étiquetage des aliments de la FDA.

Les exceptions notables et les règles supplémentaires pour les listes d'ingrédients incluent :

  • L'eau doit être répertoriée comme ingrédient.
  • Utilisez toujours le nom usuel d'un ingrédient plutôt que son nom scientifique (c'est-à-dire du sel, pas du sodium).
  • Les épices peuvent être répertoriées individuellement ou en tant qu'« épices », sauf si le produit est une épice ou un mélange d'épices.
  • Les arômes naturels et artificiels ajoutés peuvent être répertoriés comme « arômes naturels » ou « arômes artificiels » (à moins que l'un des ingrédients ne soit l'un des huit principaux allergènes).
  • Les additifs colorants exemptés de certification (tels que ceux d'origine naturelle) n'ont généralement pas besoin d'être répertoriés par leur nom, mais les couleurs non exemptées de certification le font.
  • Les produits laitiers tels que le lait écrémé reconstitué, le lait entier en poudre ou la crème séchée peuvent être appelés respectivement « lait écrémé », « lait » et « crème ».
  • Les cultures bactériennes doivent être déclarées avec le substrat (dans lequel les cultures ont été cultivées) comme « lait de culture ».

Taxes, droits et frais pour l'alcool importé

Il est également important de savoir que les importateurs sont responsables du paiement de tous les droits et taxes sur l'alcool importé. Le CPB et l'Internal Revenue Service (IRS) perçoivent également une taxe d'accise sur tous les vins, bières et spiritueux distillés importés. Les taxes d'accise sont des taxes payées sur un produit spécifique, comme l'essence ou les boissons alcoolisées. Vous pouvez trouver un tableau des taux de frais et de taxes en ligne.

De plus, les importateurs sont tenus de s'inscrire en tant que revendeurs d'alcool s'ils importent pour une entreprise. Cela doit être terminé avant de commencer à faire des affaires. Vous pouvez vous inscrire en tant que revendeur en remplissant un formulaire. Le formulaire est disponible en ligne au format PDF.


L'USDA utilise le National Bioengineered Food Disclosure Standard (NBFDS) pour déterminer si un produit est un aliment bio-ingénierie (BE) et comment il doit être divulgué. L'aliment BE est défini comme un aliment contenant du matériel génétique modifié par des techniques d'acide désoxyribonucléique (ADN) recombinant in vitro qui ne peuvent pas être trouvés dans la nature ou par la sélection conventionnelle. L'USDA, et non la FDA, a le pouvoir de réglementation sur l'étiquetage volontaire de la teneur en BE dans les aliments humains (le NBFDS ne s'applique pas aux aliments pour animaux). La FDA a compétence sur les déclarations d'étiquetage indiquant l'absence de contenu en BE.

Les produits qui contiennent involontairement, ou ont une présence techniquement inévitable de BE jusqu'à cinq pour cent par ingrédient sont exemptés, mais cette exemption ne s'applique pas lors de l'utilisation d'un ingrédient alimentaire hautement raffiné qui n'est pas raffiné au point où le matériel génétique modifié détectable n'est plus cadeau. Les aliments certifiés NOP sont exemptés car les ingrédients BE ne sont pas du tout autorisés. Les aliments réglementés par l'USDA en vertu de la Federal Meat Inspection Act (FMIA), de la Poultry Products Inspection Act (PPIA) ou de la Egg Products Inspection Act (EPIA) ne sont soumis à l'exigence de divulgation que lorsque les ingrédients les plus prédominants du produit alimentaire fini sont FDA- réglementé. En effet, la règle exempte la viande, la volaille et les œufs, ainsi que les produits où la viande, la volaille et les œufs sont les principaux ingrédients. En raison du chevauchement des juridictions de l'USDA et de la FDA, même les employés des agences peuvent être confus.

Le contenu de BE peut être divulgué avec du texte, un symbole, un lien électronique ou numérique et/ou un message texte. Les petits fabricants de produits alimentaires ou les petits emballages peuvent également utiliser un numéro de téléphone ou une adresse Web.

  • Texte:
    • Pour les aliments issus de la biotechnologie avec un taux d'adoption de 85 % ou plus aux États-Unis (aliments issus de la biotechnologie fortement adoptés), déclarez « aliments issus de la biotechnologie » ou « Contient un ingrédient alimentaire bio-ingénierie »
    • Pour les aliments issus de la bio-ingénierie avec un taux d'adoption inférieur à 85 % aux États-Unis (aliments issus de la bio-ingénierie pas très adoptés), il existe d'autres options, telles que « peut être un aliment bio-ingénierie » ou « peut contenir un ingrédient alimentaire bio-ingénierie ».

    Il existe parfois une incertitude quant aux techniques liées à l'ADN qui relèvent de la définition de l'aliment BE. Alors que l'UDSA tient à jour une liste d'aliments généralement BE, les entreprises peuvent choisir de demander à l'AMS de déterminer si un produit est considéré comme un aliment BE. Une telle détermination peut garantir la conformité de l'étiquetage. L'AMS a également un pouvoir d'exécution limité, il peut vérifier les dossiers et prendre les plaintes. L'étiquetage des aliments BE dans le cadre de la NBFDS est actuellement volontaire mais deviendra obligatoire le 1er janvier 2022.


    La FDA a une autorité réglementaire sur les dispositifs médicaux, tels que les stimulateurs cardiaques, les lentilles de contact et les implants mammaires. En outre, il réglemente certains appareils grand public émettant des rayonnements, notamment les micro-ondes, les appareils à rayons X et les téléphones portables. Pour des produits comme ceux-ci, la FDA établit des normes de sécurité des produits que les fabricants sont tenus de suivre. Les produits non conformes peuvent être déclarés défectueux et rappelés du marché.

    Les consommateurs doivent veiller à ne pas se méprendre sur le sens de la conformité ou de l'approbation de la FDA. Un médicament qui a été approuvé dans un seul but, par exemple le traitement des maux de dos, peut ne pas être efficace pour traiter d'autres affections pour lesquelles il n'a pas été approuvé, comme le traitement des maux d'estomac.


    Mon produit alimentaire : ai-je besoin de la valeur nutritive sur mes étiquettes ?

    Lorsque vous avez une entreprise alimentaire, la question des étiquettes de valeur nutritive finira par se poser. Il peut s'agir d'un client qui en fait la demande, d'un magasin qui envisage de proposer votre produit ou même de vous-même.

    Naturellement, vous devriez vous demander si vous avez BESOIN d'étiquettes nutritionnelles sur vos emballages. Il s'agit en fait d'une question en deux parties, car d'une part, la FDA a certaines règles concernant le moment où vous êtes tenu ou exempté d'avoir des informations nutritionnelles sur votre étiquette. D'un autre côté, vous êtes toujours autorisé à inclure volontairement des informations nutritionnelles dans votre emballage, que ce soit pour des raisons personnelles, de marketing ou à la demande des clients.

    En bref, personne ne vous empêchera d'ajouter un panneau nutritionnel à l'emballage de votre produit, mais dans cet article, nous passerons en revue les règles de la FDA pour savoir quand vous êtes obligé de le faire.

    Quand vous avez besoin de la valeur nutritive

    Si vous souhaitez enquêter sur les règles vous-même, consultez le guide de la FDA sur les exemptions à l'étiquetage nutritionnel. Vous trouverez ci-dessous une liste de situations pour lesquelles vous êtes tenu d'avoir des informations nutritionnelles :

    • Tout d'abord, les aliments qui ont des allégations nutritionnelles (par exemple "Sans gluten", "Faible en gras", etc.). C'est la règle numéro un qui exige un étiquetage nutritionnel. Si des exceptions sont respectées, votre aliment doit toujours inclure des informations nutritionnelles si l'étiquette contient des allégations nutritionnelles.
    • Petites entreprises (les vôtres ou celles qui vendent votre produit) qui ont plus de 50 000 $ de ventes d'aliments ET plus de 500 000 $ de ventes totales. Donc, si vous voulez faire partie d'une grande chaîne d'épicerie, vous aurez besoin d'étiquettes nutritionnelles.
    • Petites entreprises avec plus de 10 employés équivalents temps plein ou ventes de plus de 100 000 unités.

    D'un autre côté, voici une liste de situations pour lesquelles vous êtes exempté d'avoir des informations nutritionnelles :

    • Les fruits, légumes et poissons crus sont exemptés de l'étiquetage nutritionnel.
    • Les aliments qui contiennent des quantités insignifiantes (insignifiant signifie qu'il peut être répertorié comme zéro) de tous les nutriments nécessaires (les aliments qui relèvent de cette exemption comprennent le thé, le café, les colorants alimentaires, etc.).
    • Aliments dont la surface totale d'emballage est disponible pour l'étiquetage de moins de 12 pouces carrés.
    • Les petites entreprises sont exonérées si elles ont soit moins de 50 000 $ de ventes d'aliments (et tout montant de ventes totales) ou moins de 500 000 $ de ventes totales (et tout montant de ventes d'aliments).
    • Produits alimentaires à faible volume : la personne qui demande l'exemption emploie moins de 100 ETP et vend moins de 100 000 unités du produit par an. Cette exemption doit être déposée sur papier auprès de la FDA, sauf si vous employez moins de 10 ETP et des ventes annuelles de moins de 10 000 unités. Une fois que vous avez dépassé le seuil de 100 000 unités ou 100 ETP, vous avez alors 18 mois pour commencer à étiqueter vos aliments avec des informations nutritionnelles.

    La plupart des entreprises alimentaires commencent à fournir des informations nutritionnelles sur leurs étiquettes bien avant d'atteindre l'un de ces seuils, car c'est une bonne pratique, offre une couche de transparence pour vos clients et semble être la bonne chose à faire. Mais si vous ne les fournissez pas encore, gardez ces règles à l'esprit. Et le moment venu, nous sommes là pour vous permettre de commencer plus facilement à créer des étiquettes nutritionnelles.

    Si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous envoyer un e-mail, car nous serons heureux de répondre à toutes vos questions. Nous fournissons généralement de bonnes réponses aussi!


    Comment obtenir l'approbation de la FDA

    Comment obtenir l'approbation de la FDA dépend du type de produit que vous commercialisez aux États-Unis. La FDA n'exige pas l'approbation de la FDA pour tous les types de produits. Lisez ci-dessous pour savoir quels produits nécessitent l'approbation de la FDA et comment l'obtenir si nécessaire.

    Approbation par la FDA des aliments, des boissons et des compléments alimentaires
    La FDA n'approuve pas les aliments, les boissons ou les compléments alimentaires. Les établissements alimentaires n'ont à obtenir aucun type de certification ou d'approbation avant de distribuer des produits aux États-Unis. Les établissements alimentaires sont tenus de s'enregistrer auprès de la FDA, mais le fait d'être enregistré auprès de la FDA n'indique pas l'approbation par la FDA de l'établissement ou de ses produits.

    Les nouveaux additifs alimentaires nécessitent l'approbation de la FDA. Si un fabricant souhaite utiliser un nouvel additif alimentaire dans son produit, il devra soumettre l'additif à des tests appropriés et prouver à la FDA que l'additif est sans danger.

    Approbation par la FDA des produits pharmaceutiques
    Le fait qu'un nouveau médicament nécessite ou non l'approbation de la FDA dépend de la conformité du nouveau médicament à une monographie en vente libre (OTC). Les monographies en vente libre établissent les conditions dans lesquelles la FDA a déterminé à l'avance qu'un médicament sera sûr et efficace. Une fois qu'une monographie en vente libre est définitive, les établissements pharmaceutiques peuvent commercialiser des médicaments en vente libre conformes à la monographie sans l'approbation de la FDA. La FDA utilise également son pouvoir discrétionnaire pour autoriser la commercialisation de certains médicaments sans approbation s'ils sont conformes aux monographies finales provisoires.

    Si un nouveau médicament n'est pas conforme à une monographie, il devra être approuvé par la FDA. Pour obtenir l'approbation de la FDA, les fabricants de médicaments doivent effectuer des tests cliniques en laboratoire, sur des animaux et sur des humains et soumettre leurs données à la FDA. La FDA examinera ensuite les données et pourra approuver le médicament si l'agence détermine que les avantages du médicament l'emportent sur les risques pour l'utilisation prévue. La commercialisation d'un nouveau médicament qui n'est pas conforme à une monographie en vente libre sans l'approbation de la FDA est considérée comme la commercialisation d'un nouveau médicament non approuvé, ce qui est un acte interdit en vertu de la Loi sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques (Loi FD&C).

    Bien que la FDA approuve les nouveaux médicaments, l'agence n'approuve pas les médicaments composés. Les établissements pharmaceutiques doivent s'enregistrer auprès de la FDA et répertorier leurs produits, mais ni l'enregistrement ni la liste n'indique l'approbation par la FDA de l'établissement ou de ses produits.

    Approbation FDA des dispositifs médicaux
    La FDA classe les dispositifs médicaux dans l'une des trois catégories fondées sur les risques : Classe I, Classe II et Classe III. Les dispositifs de classe III sont les dispositifs les plus risqués et les seuls dispositifs nécessitant une approbation préalable à la commercialisation par la FDA. Les fabricants de dispositifs de classe III doivent démontrer à la FDA que le dispositif fournit une assurance raisonnable de sécurité et d'efficacité.

    Les appareils de classe I et II ne nécessitent pas l'approbation de la FDA. Ces dispositifs, à moins qu'ils ne soient exemptés en vertu de la loi FD&C, doivent plutôt soumettre une notification préalable à la commercialisation (510(k)) à la FDA. Le but d'un 510(k) est de démontrer à la FDA que le dispositif est substantiellement équivalent (comme sûr et efficace) à un dispositif déjà commercialisé légalement. Si la FDA détermine que le dispositif est en effet substantiellement équivalent à un dispositif commercialisé légalement, l'agence autorise la commercialisation du produit plutôt que de l'approuver.

    Les établissements de dispositifs doivent s'enregistrer auprès de la FDA et répertorier leurs dispositifs, mais ni l'enregistrement ni la liste n'indique l'approbation par la FDA de l'établissement ou de ses dispositifs.

    Approbation des cosmétiques par la FDA
    La FDA n'exige pas l'approbation des produits cosmétiques et de leurs ingrédients (autres que les additifs colorants) avant leur commercialisation. Les entreprises de cosmétiques ne sont pas tenues de s'enregistrer auprès de la FDA, mais les cosmétiques doivent être sûrs pour l'usage auquel ils sont destinés.

    Il est important d'être conscient que certaines allégations formulées dans l'étiquetage des cosmétiques peuvent amener la FDA à réglementer un produit cosmétique en tant que médicament. Dans certains cas, cela pourrait obliger le produit à nécessiter l'approbation de la FDA.

    Approbation par la FDA des additifs de couleur
    L'approbation de la FDA est requise pour les additifs colorants utilisés dans les aliments, les médicaments, les cosmétiques et certains dispositifs médicaux. Certaines couleurs à haut risque nécessitent également une certification de lot de couleur FDA pour chaque lot individuel. Les additifs colorants ne peuvent être utilisés que conformément à leurs utilisations, spécifications et restrictions approuvées. Les produits qui contiennent des additifs colorants non approuvés sont considérés comme falsifiés en vertu de la loi FD&C.

    Étiquetage des produits approuvés par la FDA
    Les fabricants de médicaments et d'appareils qui nécessitent l'approbation de la FDA peuvent inclure la phrase « approuvé par la FDA » sur l'étiquetage du produit, à condition que le fabricant ait reçu une lettre de la FDA confirmant son approbation. Le logo FDA ne doit pas être utilisé sur l'étiquetage d'un produit, que le produit soit approuvé ou non. L'utilisation du logo FDA pourrait impliquer que le produit est approuvé par la FDA, donc l'utilisation non autorisée du logo peut violer la loi fédérale. Les fabricants qui utilisent le logo de la FDA sur l'étiquetage de leurs produits peuvent être soumis à une responsabilité civile ou pénale.

    Que leurs produits nécessitent ou non l'approbation de la FDA, les établissements alimentaires, les établissements pharmaceutiques, les établissements de dispositifs et les entreprises de cosmétiques doivent adhérer aux bonnes pratiques de fabrication actuelles (CGMP) de la FDA et aux exigences d'étiquetage étendues. Pour les produits qui nécessitent une approbation, tels que certains médicaments et appareils, l'étiquetage est approuvé lorsque le produit est approuvé. Cependant, les étiquettes ne sont généralement pas soumises à l'approbation de la FDA.


    Voir la vidéo: Procédure de dédouanement de marchandises séance 2 (Juillet 2022).


    Commentaires:

    1. Blian

      Je ne peux pas me souvenir.

    2. Emory

      je suis d'accord avec toi

    3. Haroun

      Le blanc peut-il être terminé?

    4. Barden

      Excusez-moi, j'ai pensé et supprimé le message



    Écrire un message